Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


D3A: l'Essor Charleroi jette l'éponge


Rédigé le Jeudi 12 Février 2015 à 10:21 | Lu 2650 commentaire(s)


Encore un club francophone qui disparaît des séries nationales.


Photo (c) Essor Charleroi
Photo (c) Essor Charleroi

La lassitude du président Jacques André aura eu raison de l'Essor Charleroi. Le club qui avait évolué en D2 ne jouera plus dans les séries nationales et peut-être même plus en provinciale (P3). Le club ne disparaît cependant pas et la direction tient à préciser que le matricule n'est pas à vendre.

L'Essor Charleroi poursuivra avec ses équipes de jeunes. Au demeurant, cela fait à nouveau un club wallon qui doit jeter l'éponge dans les séries nationales et qui confirme qu'il est de plus en plus difficile pour les francophones d'évoluer à ce niveau. L'Essor finira toutefois la saison... mais avec quelle motivation?

Président Jacques André jette l'éponge (texte publié sur le site de l'Essor Charleroi)

Voilà. C'est plié : lors d'une réunion très lourde sur le plan émotionnel, Jacques André a annoncé qu'il mettait fin à ses fonctions de président-donneur (jeu de mot euphémique) au bout de cette saison.

Pour celles et ceux qui le côtoient régulièrement, ce n'est pas une surprise. Plusieurs raisons ont orienté sa décision. Des raisons d'ordre privé - tout à fait compréhensibles, des raisons professionnelles bien légitimes aussi et, il faut bien en parler même si ce n'est pas le motif principal, le fait qu'il vive la saison la plus catastrophique sur le plan sportif en 18 ans de mandat.


Bon, allez, puisqu'on en vient à parler de cette saison, continuons. Vous aurez remarqué mon silence assourdissant après les énormes claques prises contre Schaerbeek et Nivelles. J'avais le choix : me taire ou flinguer tous azimut avec mon clavier et ma souris. Mais on ne tire pas sur une ambulance... La galère dans laquelle on est embarqué était tellement prévisible. Je me souviens parfaitement de ce stage effectué par notre équipe début août à Havré : entre deux séances de tirs, Andrea Michielin - un des seuls joueurs ayant l'expérience de la N3 - m'avait pris en aparté pour me dire : "on est très faibles, trop faibles...". On venait tout juste d'apprendre le forfait général de Jan Waterval, notre seul ailier fort. On croyait encore qu'à défaut de compétitivité et de talent pur, les fantômes Cédric Hamisi et son remplaçant Smaïl Bouchlaghem pouvaient apporter quelque chose à l'équipe. Plouf... Ceux qui connaissent un peu le sport automobile aimeront la comparaison suivante : on a voulu faire les 24H de Francorchamps avec la Twingo de notre belle-mère. En gonflant le moteur au maximum, on a pu le faire passer des 55cv annoncés par le constructeur à une bonne centaine. Et effectivement, on a tenu la comparaison lors des premiers tours. Mais à la mi-course, le moulin a explosé en haut du raidillon...

Comment blâmer des joueurs effectivement "un peu justes" qui, sans rotations dignes de ce nom, sont dans le rouge tout le temps ? Prenons, par exemple, Thomas Karavokyros, une de nos plus grosses valeurs : 35 minutes de temps de jeu par match ! A titre de comparaison, le MVP actuel de la ligue pro - Arizona Reid/Pepinster - en preste 33... Ou Jérôme Cayron (meilleure éval' du premier tour), très décrié ces dernières semaines : en plus de son mental de guerrier qui n'a pas bougé d'un iota, notre unique center a pu, en début de saison, faire illusion par son ambidextritude et son basket atypique. Après les adversaires se sont adaptés. Et Jé est resté tout seul dans le désert... Les quelques autres Essoriens ont donné, j'en suis sûr, le meilleur d'eux-même. Avec leur talent et, surtout, leur mentalité exemplaire, ils apporteront beaucoup aux clubs qui les recruteront dans l'avenir.

Pour en finir, mettons un terme une fois pour toutes aux rumeurs. Ben oui, immanquablement, les vautours - à moins que ce ne soient des corbeaux - tournoient déjà dans le ciel du C.O.S : non, le matricule 863 n'est pas à vendre et restera bien accolé au club Essor Charleroi Basket quelque soit le niveau où il évoluera la saison prochaine. Non, sa classe-biberon ne sera pas dissolue. Non, Smaïl Bouchlaghem ne vit pas caché sur une île avec Elvis Presley ! Non, Jérôme Cayron et Kevin Devos ne sont pas ensemble !...

Et non, je n'arrêterai pas de lâcher des vannes en prenant le basket pour ce qu'il est : un truc pas très sérieux. La vie nous réserve des choses tellement plus graves, des combats tellement plus importants à mener !



Dominique Nuydt

Dans la même rubrique :
< >