Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Le basket francophone, bruxellois et wallon, est-il malade? #basketbelgium


Rédigé le Mercredi 16 Mars 2016 à 08:02 | Lu 989 commentaire(s)


En D1, seul le Spirou Charleroi est qualifié pour le top 5. En D2, Ninane est la seule éclaircie dans un ciel particulièrement gris.


Le basket francophone est manifestement dans une mauvaise passe. Au sein de l'élite, seul le Spirou Charleroi est parvenu à sauver les meubles sportivement, en se qualifiant pour le top 5 en compagnie de quatre équipes néerlandophones. Les autres, il faut les chercher bien plus bas. Mons s'est planté cette saison, mais ce n'est peut-être qu'un accident de parcours (voir: Mons-Hainaut hors du top 5, l'analyse de TéléMB). La saison du Brussels est quant à elle plutôt positive même s'il n'accède pas au top 5. Il a fait trembler tous les grands chez lui et a été en course pour le top 5 quasi jusqu'à la dernière journée. Liège Basket, avec un budget très étriqué, a livré une saison honnête. Les Wolves, miraculés de la Scooore League, sont à la traine sur le plan sportif.

Qu'en sera-t-il la saison prochaine? Tout le monde sait que le Spirou Charleroi n'est plus en mesure de rivaliser financièrement avec son éternel rival ostendais. Du côté de Liège, certains manoeuvrent en coulisses pour une fusion de Liège avec les Wolves... Le vénérable club pépin parviendra-t-il une fois de plus à sauver les meubles sur le plan financier pour participer à une nouvelle saison en D1? On attend avec intérêt le verdict de la commission des licences.

Les tops clubs francophones ne parviennent plus à rivaliser avec leurs homologues flamands. Le constat est évident. Crise économique? C'est probablement une des explications, mais ce n'est certainement pas la seule.
 


Une D2 presque 100% néerlandophone

Le CEP Fleurus a (trop) rapidement abdiqué. Largué au classement, le président Giovanni Mureddu a tranché dans le lard en élaguant son effectif et en faisant confiance aux jeunes pour finir la triste saison en cours. Ninane a réussi son pari en se maintenant en Top Division Men 1 largement dominée par les clubs néerlandophones. Les clubs wallons ne semblent plus être en mesure de jouer les premiers rôles au sein de l'ex D2. Pour la prochaine saison, Ninane sera vraisemblablement le seul club wallon de D2. Il devrait être rejoint par les Bruxellois du Royal IV.
 

Le Royal IV, l'arbre qui cache la forêt?

Le pari de jouer les premiers rôles avec des joueurs issus de la diversité culturelle bruxelloise est réussi. Le Royal IV accèdera plus que probablement à l'étage supérieur à l'issue de la saison. En espérant que ce ne soit pas qu'un feu de paille. En Top Division Men 2A, derrière le Royal IV, ce sont une fois de plus les clubs néerlandophones qui tiennent le haut du pavé. Quatre clubs wallons ferment la marche: Mailleux-Comblain, RBC Verviers-Pepinster, Spa BC et Liège Basket 2. Deux de ceux-ci devraient basculer à l'étage inférieur. Il faut aussi évoquer le cas de United Basket Woluwe. Cette saison, il n'a pu jouer les premiers rôles dans sa série. Il a cependant frappé les esprits en s'adjugeant quatre finales de coupe AWBB. Son travail en profondeur avec les jeunes est remarquable et à souligner. Cela devrait finir par payer.

En Top Division Men 2, le BCCA Neufchâteau fait une saison remarquable et devrait finir sur le podium. De l'autre côté du classement, ce sont à nouveau des clubs wallons qui tentent de sauver leur peau, Mons-Hainaut 2 et Nivelles.

 





 


Dominique Nuydt