Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique

Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


"Les JRJ, un moment de bonheur" pour Michel Borremans #basketbelgium #basketfeminin #AWBB


Rédigé le Mardi 28 Mars 2017 à 14:47 | Lu 2618 commentaire(s)


Le coach de la sélection féminine du Hainaut explique le long processus de sélection et rêve d'une académie hennuyère pour le basket féminin.



Du dépistage à la sélection

"Dès le mois d'août des entrainements de dépistage sont organisés avec une soixantaine de filles inscrites. Après deux ou trois séances, le groupe est décanté pour être ramené à une vingtaine de filles qui font un stage à la Toussaint. Avant l'hiver, il n'y a plus que 15 filles retenues, qui font un nouveau stage. Ensuite, nous travaillons le collectif à raison d'un entrainement toutes les deux semaines environ, le dimanche, tout en programmant 3 matches amicaux. Jouer en sélection nécessite à la fois des qualités et un potentiel réel, mais demande également une grande motivation des joueuses. Les parents doivent aussi avoir un certain sens du sacrifice. Normalement ce sont les secrétaires des clubs qui doivent signaler les dates des entrainements provinciaux aux coaches, mais si ce n'est pas le cas, tous les renseignements sont publiés sur le site du CP. Les premiers entrainements sont ouverts à toutes les filles". En clair, les filles non prévenues par leur club peuvent trouver tous les renseignements nécessaires sur www.baskethainaut.be et s'inscrire aux entrainements de dépistage. La prochaine sélection qui débutera dans le courant du mois d'août concernera les filles nées en 2005.


Une rude concurrence lors des JRJ

Le coaching staff du Hainaut
Le coaching staff du Hainaut

Comme l'explique Michel Borremans, il ne faut pas nécessairement évoluer au sein d'une équipe U14 AWBB pour rejoindre la sélection provinciale. C'est une question de talent, de potentiel, de niveau... de taille parfois aussi. Pour pouvoir figurer dans la sélection, la maîtrise des fondamentaux est une priorité, la lecture du jeu en est une autre. "Les filles ont dû s'arracher, car à peine 4 d'entre elles évoluent en AWBB. Elles étaient stressées ce qui explique les difficultés rencontrées lors de certaines rencontres, mais nous avons aussi connu de bons moments. Le plus important à mes yeux, c'est de les voir évoluer. C'est un long travail dont elles ne tireront que des bénéfices. Pour moi, les JRJ, c'est un moment de bonheur. Dommage qu'il faille à se limiter à une seule édition par an pour des raisons budgétaires. Nous cherchons en outre à former un vrai groupe, avec les joueuses et mes deux assistantes, Perrine Foerster (CEP Fleurus) et Aurélie Pietka (BC Blaton/BC Mons). Ce sont d'excellentes formatrices. La cohésion est très importante chez nous".

A l'issue de la JRJ, les coaches des diverses provinces se rencontrent et font un debriefing. A l'issue de celui-ci, une trentaine de joueuses sont retenues pour la future sélection régionale. Elles participeront à un stage durant les vacances de Pâques et à un autre dans le courant du mois d'août. Si pour une raison ou une autre des filles seraient passées au travers des mailles du filet, une draft de rattrapage pour la génération 2004 sera organisée en octobre.


Manque de clubs formateurs

Le constat de Michel Borremans est implacable. Le Hainaut manque de clubs formateurs qui ont une filière féminine complète et sérieuse. Les provinces de Liège et de Namur sont nettement mieux fournies en la matière. Il pointe aussi une difficulté spécifique à la province du Hainaut, sa géographie tout en longueur (145 km +/- entre les deux extrémités) qui est un frein au regroupement des meilleures filles au sein d'équipes évoluant dans le championnat régional. "Il y a des clubs courageux, mais d'autres manquent cruellement d'ambition. Combien de clubs ont-ils une filière féminine complète et une vocation formatrice? Que doit-on faire? Je pense que le Hainaut manque d'un centre de formation spécifique. Avoir une académie consacrée au basket en Hainaut, ce serait un rêve" conclut-il. Et le développement du basket, féminin en particulier, devra inévitablement passer un jour via une initiative de ce genre.

 

Les photos de la rencontre Hainaut - Brabant


Un terrain de basket sur mesure, pour clubs ou personnes privées


Cliquez sur l'image pour en savoir plus





 


Dominique Nuydt