Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique

Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Scooore League - Mons-Hainaut: et si c'était l'année des bleus et blancs? - photos Game Two


Rédigé le Samedi 30 Mai 2015 à 14:46 | Lu 419 commentaire(s)


En football, ce sont les bleus et blancs de La Gantoise qui ont été sacrés. A la tête des bleus et blancs montois, c'est justement un Gantois, en l'occurrence Yves Defraigne qui est aux commandes. Buffalo's et Renards même combat?


Photo (c) Denis Esser
Photo (c) Denis Esser

Au soir de la qualification de Mons-Hainaut pour la finale des playoffs face à l'Okapi Aalstar, Yves Defraigne était un homme doublement heureux. D'une part, son équipe s'était qualifiée pour la finale des playoffs et d'autre part, l'équipe de football de sa ville natale venait d'être sacrée pour la première fois champion de Belgique. Il ne s'est d'ailleurs guère attardé à la mons.arena pour aller faire la fête à Gand.

 

En football, La Gantoise a coiffé le FC Bruges lors des playoffs pour empocher le titre. Le FC Bruges en tête après la phase régulière n'avait pu confirmer au stade ultime de la compétition. En basket, le BC Oostende a également terminé la phase classique en tête et s'est logiquement qualifié pour la finale des playoffs. Le parcours en saison régulière des Montois avait été plus chaotique, mais au bout du compte, ils se retrouvent également en finale.


Avantage au BC Oostende après la première manche

Lors de la première manche, les Ostendais s'étaient montrés dominateurs et semblaient en mesure d'imposer leurs vues lors de la deuxième manche disputée vendredi. Il n'en fut rien. Les Renards, survoltés par leur public, ont livré une excellente rencontre et ont égalisé à une manche partout. (Box score).


Les Montois égalisent à une manche partout

Lors de cette deuxième manche, les Montois ont démontré qu'ils avaient les capacités de faire douter et de rivaliser avec une armada ostendaise composée de 12 joueurs. Yves Defraigne a largement pu compter sur l'apport de son banc pour mettre à mal l'équipe de Dario Gjergja. Tour à tour Lasisi (10 points), Bosco (12 points), Gorgemans (5 points) et Skeen (3 points) ont apporté leur pierre à l'édifice, soit 30 des 72 points montois. Ce dernier, tout en jouant sur une jambe suite à un problème récurrent au ménisque, a pleinement profité de ses minutes de jeu. Alors qu'il éprouve manifestement des difficultés pour courir, à peine monté sur le parquet, il a envoyé un missile à distance.


L'apport du banc

"L'apport du banc sera une des clés pour mon équipe dans cette série de rencontres face au BC Oostende" a confirmé Yves Defraigne. "J'ai été très satisfait de la mentalité affichée par mes joueurs du banc. Sans cette profondeur, nous ne pouvons pas rivaliser avec Ostende qui évolue avec 12 joueurs. Notre première mi-temps a été très bonne, mais je regrette le manque de circulation de la balle en deuxième". "Contrairement à ce que l'on prétend, je ne suis pas un coach qui prône le jeu défensif. Je me base sur une défense solide mais c'est pour mieux repartir de l'avant. En zone offensive, je veux une circulation de balle rapide, des pénétrations en un contre un pour pouvoir éventuellement ressortir le ballon et isoler un joueur". Cette tactique avait fait merveille surtout dans le deuxième quart-temps remporté 28-19 par les Montois. En deuxième mi-temps, même si Ostende est resté à distance respectable, Mons n'avait plus connu la même fluidité en zone offensive.


La troisième manche orientera déjà les débats

Ostende est le favori logique de la finale, mais Mons aura une très belle carte à jouer lors de la troisième manche dimanche. Une victoire des Renards à la Sleuyter Arena n'est pas une utopie puisqu'ils s'y sont imposés en phase classique. La pression sera sur les épaules des Côtiers, en cas de défaite, ils devraient se rendre à Mons mercredi prochain en étant menés 2-1. Lors de la première manche, les Renards avaient abusés des tirs à distance et la réussite n'était pas au rendez-vous (2/12 à 3 points).

Ils sont néanmoins capables de varier leur jeu et c'est pour cela qu'ils doivent croire en leurs chances de s'imposer à la Côte. S'ils y parviennent, les bleus et blancs du basket seraient en passe d'imiter ceux de La Gantoise... et Yves Defraigne décrocherait ainsi le titre du Gantois le plus heureux de l'année.
 

Cliquez sur la photo (c) Benoit Bouchez pour voir la galerie
Cliquez sur la photo (c) Benoit Bouchez pour voir la galerie


Dominique Nuydt