Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Basket féminin: les grandes manoeuvres ont commencé à Castors Braine


Rédigé le Dimanche 29 Mars 2015 à 18:33 | Lu 1566 commentaire(s)


Les paillettes de la finale européenne à peine envolées, cela s'agite ferme dans les coulisses des Castors.


Photo (c) Benoît Bouchez
Photo (c) Benoît Bouchez
Celeste Trahan-Davis, Julie Allemand, Manon Grzesinski et Merike Anderson sont encore sous contrat jusqu'au terme de la saison 2015-2016 et ont manifesté le désir de rester jusqu'au terme de leur contrat. Marjorie Carpréaux et Sidney Spencer ont prolongé. Du noyau actuel, six joueuses seront d'ores et déjà partantes pour la prochaine campagne.

Anete Steinberga et Kim Mestdagh ont reçu beaucoup de propositions en provenance de l'étranger, de France notamment. Il est peu probable que le club brainois puisse les conserver.
Il en va de même du coach letton. Deux entraîneurs belges seraient pressentis (ou candidats) et une des deux pistes mènerait à Louvain. L'information ou la rumeur n'est évidemment pas confirmée par la direction brainoise. Le choix d'un éventuel nouvel entraîneur aura également des conséquences sur celui du T2 Patrick Muylaert.

Il reste aussi à régler les cas de Kyara Linskens et de Krystel Ballau.

La direction du club a donc encore beaucoup de travail devant lui pour jeter les bases de la nouvelle saison qu'elle voudra certainement aussi fertile que les deux précédentes.
 

Nationalité belge pour Celeste Trahan-Davis et Sydney Spencer

Les deux joueuses américaines devraient acquérir la nationalité belge (procédure en cours). Si celle-ci aboutit, cela permettrait à Castors Braine d'aligner deux joueuses américaines supplémentaires. Cela pourrait également avoir une implication sur l'équipe nationale belge.
 

Trop tôt pour l'Euroleague

Eric Leloup, le manager des Castors a balisé l'avenir proche des Castors. L'Euroleague, ce sera pour plus tard. Le club doit d'abord tendre vers plus de professionnalisme avant d'affronter le gratin du basket féminin européen. Il y a aussi un projet de nouvelle salle qu'il reste à concrétiser.

Il reste aussi deux échéances importantes: la finale de la coupe de Belgique et les playoffs. Les Brainois pourraient reconduire leur doublé de la saison dernière, même si les adversaires ne l'entendront pas de cette oreille, Namur-Capitale et Kangoeroes Boom en particulier.
 

L'avenir du basket féminin en Belgique

Au-delà des ces considérations qui ne concernent que les Castors, il faudrait également se pencher sur l'avenir du championnat et de son niveau. Pour que le basket féminin augmente son attrait, il faudrait absolument augmenter le niveau de la compétition. Si le noyau dur brainois s'amuse des scores fleuves enregistrés face aux équipes modestes avec des victoires de 50 points et plus... cela n'enthousiasme guère des spectateurs plus neutres qui veulent voir des rencontres et pas des exécutions en bonne et due forme. Il faudrait au moins six équipes de niveau similaire.

Chez les hommes, il n'est pas rare que les derniers ne surprennent les premiers. Cela paraît impensable dans le championnat féminin. Le CEP Fleurus ou Basket Willebroek n'ont pas les moyens de contrarier Braine ou Namur.

Il circule aussi l'idée de créer une D2 féminine. Une bonne idée en soi, même si cela n'aura pas d'implication directe sur l'attractivité du championnat de D1

La galerie de Benoît Bouchez de la finale de l'Eurocup

Cliquez sur la photo pour voir la galerie
Cliquez sur la photo pour voir la galerie


Dominique Nuydt