Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


#BelgianLions #BasketBelgium: motivation sans faille pour Lionel Bosco - interview


Rédigé le Jeudi 13 Août 2015 à 14:06 | Lu 384 commentaire(s)


Le meneur montois avait fait une bonne entrée contre la Grèce. Il n'était pas du voyage en Espagne, mais on devrait le revoir en action face à la Finlande. La sélection dans le groupe des 12 est en jeu.


Photo (c) Denis Esser
Photo (c) Denis Esser

Même quand la Belgique a été menée de 17 points, les joueurs n'ont rien lâché. C'est notre marque de fabrique, du premier au douzième joueur, on se bat jusqu'au bout. Même ceux qui n'ont que très peu de temps de jeu" indique Lionel Bosco. Le feu-follet montois n'était pas du déplacement à Gijon, car jusqu'à présent, il joue en alternance avec Emmanuel Lecomte. Cela ne l'empêche pas en tant que pilier de l'équipe nationale d'avoir un regard très lucide sur l'évolution du basket belge. "Le fait que des équipes comme la Grèce ou l'Espagne acceptent de jouer contre nous démontre que nous avons franchi un pallier. Nous sommes désormais une équipe qui compte en Europe et notre résultat à l'Euro 2013 en a été le déclencheur. La dynamique entamée il y a dix ans porte ses fruits. Désormais, tous les joueurs belges veulent faire partie de l'équipe nationale et les meilleurs répondent présents. Je pense que le niveau des joueurs nationaux a progressé ces dernières années, certains évoluent dans des grands clubs à l'étranger, d'autres sont devenus des rotations importantes dans des clubs du top en Belgique. Ostende et Charleroi peuvent compter sur quatre ou cinq rotations de joueurs belges. Dans les clubs de bas de classement, ils reçoivent du temps de jeu et gagnent en expérience. Cela se ressent sur le niveau général de l'équipe nationale" ajoute-t-il.


Des ambitions à la hausse

"Le top 8, c'est notre objectif avoué. Nous voulons faire mieux qu'en 2013. Il faut néanmoins rester les pieds sur terre. Même si nos premiers résultats sont bons, ce ne sont que des rencontres de préparation. Les quatre premières équipes classées sortiront de leur groupe et nous devrons en être, mais il ne faut pas oublier que nous jouerons contre de solides équipes. Si nous arrivons à Lille, tous les espoirs seront permis" estime le meneur qui veut faire partie des 12 sélectionnés pour l'Euro. "Je me donne toujours à fond tant à l'entrainement que lors des matchs. Je pense avoir fait du bon boulot contre la Grèce. La situation n'est pas facile à vivre, mais ce que je veux, c'est ne pas avoir de regrets". Il sera fixé sur son sort après les deux rencontres face à la Finlande.

Voir également:  


Photo (c) Denis Esser
Photo (c) Denis Esser


Dominique Nuydt