Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Castors Braine ne jouera plus en Euroleague #basketbelgium #basketbelgië #basketfeminin


Rédigé le Vendredi 20 Mai 2016 à 20:00 | Lu 2268 commentaire(s)


L'équipe 2016-2017 sera totalement différente: Marjorie Carpréaux à Waregem, Ann Wauters en Turquie... Pas en arrière ou stabilisation? L'avenir nous le dira.



Le départ de Marjorie Carpréaux, figure emblématique de Braine depuis trois saisons a été officialisé. Elle va renforcer l'équipe de Waregem... qui pourrait et même devrait s'ériger en challenger/outsider de Braine et de Namur lors de la prochaine saison.

Le club a également confirmé le non-retour de Ann Wauters... Venue aider l'équipe de Braine en début de saison, avant de s'envoler pour la Turquie, pour revenir disputer la finale des playoffs et s'adjuger le titre de champion de Belgique. Il est vrai que nous vivons à l'ère du sport business, mais... chacun jugera selon la conception qu'il a de l'éthique sportive (même si nous pouvons comprendre que la joueuse tente de monnayer au mieux ses dernières années de carrière au plus haut niveau). Un petit tour de passe-passe moyennant apprécié par nombre d'observateurs.

 

Plus d'Euroleague, retour en Eurocup: la voie de la sagesse

Castors Braine après une expérience mitigée en Euroleague, malgré quelques coups d'éclat, retrouve l'Eurocup avec l'ambition d'atteindre les quarts de finale.

Difficile de rivaliser avec les grosses écuries européennes dont le budget est jusqu'à 30 fois plus élevés que celui de Braine. Cette décision est réaliste, même si elle marque un arrêt dans la croissance du club brainois. Reculer pour mieux sauter? L'avenir nous le dira. La nouvelle salle devrait à terme permettre de retrouver l'Euroleague... à condition que les partenaires suivent/arrivent .

 

Le noyau 2016-2017 - Plus de stabilité?

La saison 2015-2016 n'a pas été de tout repos avec une vingtaine de joueuses alignées, un coach limogé (Jurgen Van Meerbeeck, une erreur de casting selon les dirigeants... ou un coach qui a osé remettre certaines joueuses à leur place), l'aller-retour de Ann Wauters... Les étoiles de la finale de l'Eurocup dans un Spiroudome comble se sont trop vite éteintes. En l'espace de quelques mois, l'image des Castors s'est égratignée et faute de résultats suffisamment probants, l'intérêt médiatique s'est amenuisé. La saison 2016-2017 est à cet égard importante, l'équipe de D1 doit retrouver de la stabilité et l'enthousiasme qui avait souvent fait la différence dans un passé très récent...

Départs: Wauters (Turquie), Carpréaux (Waregem), Sidney Spencer (santé), Hanne Mestdagh (?), Kyara Linskens (Namur) et Laurence Van Malderen (?).

Noyau: Julie Allemand (2ans) comme première meneuse, Merike Anderson, Celeste Trahan-Davis (4ème saison), Manon Grezsinski (avec option d’une année supplémentaire).

Arrivées: Antonia Delaere (Namur), Kahleah Copper (1,86m, 70 kg, poste 3 et 7ème à la draft, Washington Mystics), Nikolina Milic (Serbo-Bosniaque, 1,93m)

Soit à l'heure actuelle, 7 joueuses. Une meneuse, une ailière et une joueuse belge devraient encore débarquer. Deux jeunes du club complèteront l'effectif.


Ce n'est un secret pour personne que Castors Braine éprouve quelques difficultés (du moins du côté féminin) à construire quelque chose sur le long terme avec ses jeunes... Que d'occasions ratées. L'exode est une fois de plus massif chez les cadettes en cette fin de saison... Les deux jeunes qui devraient s'asseoir sur le banc de la D1, il faudra probablement aller les chercher en minimes! Ou alors le club ira chercher l'une ou l'autre jeune joueuse ailleurs, mais alors elle ne sera pas vraiment brainoise. Un véritable casse-tête pour les dirigeants.

La saison 2015-2016 de l'équipe brainoise fait un peu penser à ce qu'à trop souvent fait le Spirou Charleroi ces dernières années: aller chercher quelques bons joueurs étrangers et les meilleurs belges dans des clubs moins huppés. Le résultat de cette politique: plus le moindre titre depuis 5 ans et un gouffre financier à combler.

A contrario, Ostende a investi tant et plus dans la formation. Ses six joueurs belges forment l'ossature de l'équipe, avec un coach d'exception qui les a guidés vers les sommets. Le club côtier dispose d'une vision à moyen et à long terme (Sacha De Vreught, 16 ans, United Basket Woluwé vient d'être transféré). Un des exemples à suivre.

En matière de formation côté féminin... tout est à inventer et à construire à Braine. A commencer par le scouting chez les plus jeunes filles. A Bruxelles, si proche, il n'y a pas le moindre concurrent en D1 féminine... Dans le Brabant wallon, la situation est identique. Il y a un potentiel humain immense. Une des nombreuses pistes à suivre: prospecter et attirer les meilleures jeunes à 30 km à la ronde.

A suivre...

 






 


Dominique Nuydt