Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Compétition universitaire en Belgique, un petit goût de NCAA... #basketbelgium #basketbelgië


Rédigé le Samedi 11 Novembre 2017 à 14:30 | Lu 1969 commentaire(s)


Les interviews de Kevin Boeykens (coach ULB Owls) et de Kevin Lini (coach


Photo (c) Service des Sports de l'ULB
Photo (c) Service des Sports de l'ULB

L'équipe de l'ULB Owls en course pour le titre de champion francophone

La compétition universitaire belge est très loin du prestige de la NCAA, son homologue américaine. Il n'empêche, elle existe et mérite que l'on s'y attarde. La raison de la confidentialité de cette explication est très simple à expliquer. Outre-Atlantique, tout le système de compétition est basée sur le cursus scolaire. Chez nous, c'est un système de clubs.

L'ULB veut atteindre la finale nationale
La compétition universitaire francophone, tous sports confondus, est placée sous l'égide de Association Sportive de l'Enseignement Universitaire et Supérieur (ASEUS). C'est elle qui organise les différentes compétitions, dont celles de basket féminin et basket masculin. Ce n'est pas simplement une expression du folklore estudiantin, mais un vrai championnat avec, chez les hommes, deux divisions, avec un système de montées et de descentes. Après la phase de poule, les vainqueurs se rencontrent lors d'un "Final Four" pour l'attribution du titre francophone. Les finalistes rencontrent ensuite leurs homologues néerlandophones pour l'attribution du titre national. "Les finales francophones se déroulent généralement à Jambes et attirent pas mal de monde. Pour les équipes finalistes, cela ne représente finalement qu'un maximum de huit rencontres sur l'ensemble de l'année académique" explique Kevin Boeykens, coach de l'équipe de l'ULB et préparateur physique du Brussels Basket. "Au sein de l'ULB, la publicité se fait via le Service des Sports pour le recrutement. Si l'équipe ne compte pas actuellement de joueurs de la Région du Centre, les portes leur sont ouvertes s'ils ont un bon niveau de basket. Même s'il s'agit d'une compétition peu connue, j'y mets tout mon sérieux et ce n'est pas pour faire de la figuration. J'accorde aussi beaucoup d'importance à la mentalité des joueurs" ajoute-t-il.

L'ULB Owls Basket, favori pour le titre francophone?
La saison dernière, l'université bruxelloise a remporté le titre francophone et s'est classée troisième des finales nationales. "L'objectif pour cette saison est tout simplement de faire mieux, c'est-à-dire, renouveler notre toute francophone et tenter de conquérir le titre national. Mon effectif est assez large, il compte 22 joueurs mais tous ne sont pas présents tout le temps en raison des examens notamment. J'ai la chance cette année d'avoir deux joueurs français de très bon niveau, issus du centre de formation de Monaco et qui s'entrainaient avec la Pro A monégasque. J'ai également un joueur espagnol d'1m95 qui évolue au poste 2 avec un tir meurtrier" se réjouit le coach.

Page Facebbok de l'ULB Owls

 

Objectifs plus modestes pour Kevin Lini, coach de la Haute Ecole Léonard de Vinci

Haute Ecole Léonard de Vinci
Haute Ecole Léonard de Vinci

Kevin Lini, joueur au sein de la P2 seneffoise, est aujourd'hui le coach de l'équipe de la Haute Ecole Léonard de Vinci. "Il s'agit de ma deuxième saison en tant que coach, mais j'y ai également évolué pendant quatre ans en tant que joueur. Il y a quelques saisons, nous avons même remporté le titre. Cela s'annonce néanmoins un peu plus compliqué cette saison". En effet, d'une année à l'autre, les effectifs bougent beaucoup et il est parfois difficile d'aligner une équipe compétitive. "J'ai dû composer et j'enregistre l'arrivée d'une dizaine de nouveaux joueurs. L'équipe est en pleine reconstruction. Nous avons déjà perdu notre première rencontre face à HELMO, une équipe liégeoise. Nous n'avons déjà quasi plus droit à l'erreur" ajoute-t-il. La prochaine rencontre est fixée cette semaine, justement face à l'ULB. "J'aime cette fonction de coach, mais je n'envisage pas de me lancer dans le coaching en club aussi longtemps que je suis joueur" précise Kevin Lini. Et là, tout va bien pour lui. Le BCFO Seneffe trône en tête de la P2A et compte bien le rester. "Je pense que notre bon classement s'explique d'une part par la baisse de niveau de la P2, mais aussi par le bon recrutement de Seneffe".

Pour info, l'ULB Owls s'est imposé de justesse à la Haute Ecole Léonard de Vinci, 75-78.

 


Un terrain de basket sur mesure, pour clubs ou personnes privées


Cliquez sur l'image pour en savoir plus




Market Factory: votre équipementier basket






 


Dominique Nuydt