Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Division 2 : le cocktail (d)étonnant de Sprimont


Rédigé le Jeudi 31 Octobre 2013 à 09:10 | Lu 617 commentaire(s)


Quand vous demandez au coach de Sprimont ses objectifs, il vous répond qu’il veut que ses joueurs prennent du plaisir et conserver l’ambiance qui règne dans son groupe. Ca fonctionne plutôt bien.


Après huit rencontres, le bilan des Sprimontois est plus qu’enviable. Les hommes de Pascal Horrion occupent la quatrième place avec deux défaites. Ils sont à une victoire du quatuor de tête composé de Waregem - St Jan – Gembo – St Nicolas. Battus par les deux derniers cités lors des deux premières journées de championnat, ils ont ensuite aligné six victoires dont la dernière face à Houthalen. « Contre Gembo, nous avons tenu presque tout le match, le marquoir indiquait encore 94 – 94 à une minute trente du coup de sifflet final » explique Pascal Horrion, le coach de la division 2. « Nos six victoires consécutives n’ont pas été accrochées contre des équipes du top. Mais lorsque nous avons battu Mons-Hainaut 2, l’équipe était au complet, les joueurs de division 1 étaient présents. On ne fait d’ailleurs la différence que dans le dernier quart-temps. Houthalen a aussi une belle équipe. Ce qui me fait surtout plaisir, c’est que six joueurs terminent le match en marquant un double chiffre. Nous avions la réussite avec nous, quand on fait 14/29 à trois points, ça devient difficile de nous battre ».

Pascal Horrion
Pascal Horrion

Un petit budget, des ambitions mesurées mais de valeureux Liégeois

Malgré ce début de saison, Pascal Horrion préfère ne pas s’emballer. « Jusqu’à ce qu’on atteigne les dix ou onze victoires nécessaires, je ne parlerai que de maintien. Le championnat est très long. On prend match après match. Pour le moment, mes gars sont dans le rythme. Nous verrons quand ils seront fatigués comment nous allons gérer notre baisse de régime. Ce sera beaucoup moins évident en décembre quand la fatigue sera là. Je n’ai pas voulu fixer d’objectif en début de saison parce que je ne savais pas trop où nous allions. Il ne faut pas oublier qu’on ne s’entraine que deux voire trois fois par semaine, on ne joue qu’avec des Liégeois et on a le plus petit budget de la division 2. Quand j’en ai discuté avec un de mes collègues, il pensait que je lui parlais en mois alors que je lui parlais bien de coûts annuels ».

Les ingrédients du succès

Qu’est-ce qui fait la différence ? Le championnat de la division 2 est difficile, certaines équipes se voulaient ambitieuses et se retrouvent aujourd’hui largement derrière Sprimont. « Il y a beaucoup d’équipes atypiques comme la nôtre. Tout le monde peut nous battre mais on peut battre tout le monde » reconnait celui qui est aussi le directeur technique de la section masculine de Sprimont. « On se voit autant en dehors que sur le terrain. Nous sommes des passionnés de basket et de la fête aussi » précise-t-il. L’ambiance, le plaisir peuvent aider mais ce n’est pas ça qui fait gagner un match. « Nous jouons en première intention. On n’a pas de réel intérieur, on pratique un jeu rapide. Le gros avantage, c’est que, sur dix joueurs, j’en ai neuf qui peuvent shooter à trois points. Ca signifie que ça peut être tout ou rien ». Mais encore ? « Les quatre jeunes du groupe montrent de belles choses, ils s’acclimatent bien à la division 2. La mobilité d’Alexandre Glaude nous a permis de jouer la défense qu’il fallait face à Wevelgem. Steve Lenglois nous apporte de la vitesse et du physique. Jimmy Stas est le complément parfait de mon autre meneur, il va aussi très vite. Florian Forthomme est avec nous depuis deux ans et il s’affirme comme un bon joueur de division 2. Ca fait aussi partie de notre réussite ».