Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Giovanni Bozzi, sera-t-il suivi par ses joueurs?

Les réactions après la défaite contre Liège


Rédigé le Jeudi 6 Février 2014 à 09:58 | Lu 513 commentaire(s)


A l'annonce de sa nomination à la présidence du Spirou pour la la saison prochaine, le coach avait fait preuve de détermination pour la fin de la saison. Il veut quitter sa fonction de coach avec un titre, championnat ou coupe. La prestation de ses joueurs contre Liège laisse penser que ce sera difficile, même très difficile.


Le Spirou vit une saison difficile, ce n'est pas nouveau. S'il est encore momentanément en tête de l'Ethias League, il le doit surtout au fait que son rival ostendais a disputé deux rencontres de moins. Contre Liège, le coach carolo a dû faire avec les moyens du bord et, comble de malchance, Mukubu (élongation) a dû quitter le terrain après quatre minutes de jeu à peine. La réaction du coach carolo e,n conférence de presse ne laissent que peu de doutes sur les difficultés qu'il vit actuellement "Quand on n'a que deux semblants de grands, ce n'est pas évident, surtout quand un des deux a dû sortir. Cela a aussi posé des problèmes sur le plan de l'organisation offensive. Dans ce cas de figure, le seul moyen est de compenser par une plus grande intensité défensive. Cela n'a pas été le cas et nous avons été mis en difficulté à cause de cela. Nous aurions dû contrôler l'équipe adverse dans le repli défensif. Je devrai analyser certaines choses qui sont très embêtantes... Nous encaissons 91 points à domicile dont 50 en première mi-temps".

La priorité est de trouver un poste 4 et ce renfort ne doit pas tarder à arriver pour avoir une rotation supplémentaire. Le retour de Beghin pourrait aussi offrir une alternative à Watkins qui est toujours aussi fébrile en défense. Une simple comparaison entre les effectifs carolos et ostendais montre qu'il sera difficile à Bozzi d'atteindre ses objectifs. Ostende peut jouer à 12, chaque rotation effectuée par Dario Gjergja apporte un plus. Ce n'est pas le cas de Bozzi. Contre Liège, Mallet a dû jouer 40 minutes, Trapani 39 (il aurait joué les 40, mais il est sorti pour une cinquième faute). A ces deux joueurs, il n'y a rien à reprocher. Ce sont des gagnants qui essaient de tirer l'équipe vers le haut et qui ont un comportement exemplaire.

L'arrivée imminente d'un poste 4, après la blessure qui met Massot hors course jusqu'à la fin de saison et le départ de Abukar, est une priorité. Pour être concurrentiel, ce ne sera probablement pas suffisant. Au poste 1, Mallet, depuis la blessure de Steinbach, fait des miracles. Il tire l'équipe à lui tout seul, mais pourra-t-il tenir le rythme quand il devra prester deux fois par semaine? A titre de comparaison, Ostende peut compter sur un duo de meneurs complémentaires, Djordjevic et Marnegrave. Un back-up de qualité pour Mallet ne serait donc pas un luxe, histoire de faire souffler un peu le créateur et le métronome de l'équipe.

Au poste 5, si Christophe Beghin retrouve la plénitude de ses moyens - et c'est tout le mal qu'on lui souhaite - la solution est toute trouvée. Son expérience, sa stature et sa volonté inébranlable manquent aussi au Spirou. Hamilton, fidèle serviteur du club, a aussi cette mentalité de gagnant. Ce n'est pas pour rien qu'il a été un des meilleurs défenseurs, si pas le meilleur, du royaume ces dernières saisons, mais il paraît être un cran en-dessous du niveau qui était le sien. Ne disputerait-il pas sa saison de trop?

Clark est de retour à la compétition. En manque de rythme, il devrait progressivement retrouver ses marques et faire profiter le Spirou de ses qualités de pur shooteur. Enfin, sur le banc, il y a encore Gruszecki... mais peut-on juger son apport suffisant? Bref, Giovanni Bozzi se trouve devant une équation à plusieurs inconnues dont il ne maîtrise pas tous les paramètres.

Les photos de la rencontre




Dominique Nuydt