Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Kevin Tumba , un diamant brut à polir


Rédigé le Jeudi 13 Février 2014 à 14:55 | Lu 440 commentaire(s)


Vendredi, le Spirou Charleroi accueillera les Leuven Bears. Arrivé de Mons-Hainaut durant l'entre-saison, le joueur est en train de se faire une place en Ethias League.


Portrait

Le basket, Kevin Tumba y est venu très tard, vers l'âge de 15/16 ans. Ses premiers pas, il les a faits au club de La Louvière AM.  Deux ans plus tard, il s'est inscrit un peu par hasard à la draft organisée par Mons-Hainaut. «Je m'y étais surtout inscrit pour m'amuser et contre toute attente, j'ai été sélectionné. Quand j'ai évolué en D2 et en BDL avec Mons, ce sont Julien Marnegrave et Patrick Verdun qui m'ont pris en charge sur le plan individuel. Ensuite, Frank Demeulemeester a pris le relais quand j'ai été repris dans le noyau de la D1». La saison dernière, il n'a que très peu joué avec la D1 montoise, raison pour laquelle il a choisi de s'établir à Louvain. C'est un environnement idéal pour un jeune joueur belge, la pression y est moindre et donc son temps de jeu y est nettement plus important. «La grosse différence entre Mons et Louvain est qu'à Louvain, je reçois beaucoup plus de temps de jeu et que je peux montrer mes qualités. Il est vrai que mon rôle est très défensif. Mon coach a d'ailleurs lourdement insisté là-dessus. Il veut que je joue dur en défense. En quelque sorte, je suis chargé du salle boulot, mais je me sens très bien dans ce rôle» explique-t-il. Sa meilleure prestation de la saison, il l'a signé contre le Brussels, en cumulant 11 points, 7 rebonds et 6 blocks shoots en 33 minutes de jeu. Son timing, sa stature et son aptitude pour les blocks shoots montrent certaines similitudes avec André Riddick. Le public du Spirou Charleroi appréciera. Kevin Tumba ne se focalise pas sur ces comparaisons, ce qu'il veut, c'est d'être tout simplement lui-même.


Une force athlétique hors norme

«Kevin dispose d'une force athlétique hors norme. Il peut encore énormément évoluer car en plus de ses qualités physiques, il a une grande force de travail. Il ne rechigne jamais à la tâche et il est à l'écoute. Même s'il a déjà un impact, il doit encore grandir. Il manque encore de lecture du jeu, de fondamentaux. Il y a des gestes qu'il doit encore répéter des milliers de fois pour que cela devienne des automatismes. Il faut remonter très loin dans l'histoire du basket belge pour retrouver un pivot avec les qualités qui sont les siennes. Son corps, il doit le travailler pour avoir la musculature de Didier M'Benga. Je pense qu'il est plus travailleur et surtout qu'il a une plus grande intelligence de jeu» pense son coach Jurgen Van Meerbeeck. «Kevin n'est pas encore entièrement conscient des potentialités de son corps, ni où il peut le mener. C'est un diamant brut qu'il faut travailler et nous nous y attelons à Louvain. Il est sous contrat pour trois saisons. S'il quitte un jour les Bears, c'est pour aller quelque part où on lui déroule le tapis rouge».




Dominique Nuydt