Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


La démission des parents et le manque de bénévoles pour les équipes de jeunes


Rédigé le Jeudi 30 Janvier 2014 à 15:08 | Lu 1352 fois | 0 commentaire(s)


C'est un avis parmi d'autres, mais celui du coprésident de La Louvière AM (R2), Alain Demeester, est assez tranché. Pour nombre de parents, la pratique d'un sport en général et celui du basket en particulier, est juste une garderie supplémentaire.


«Pour certains parents, le basket, c'est comme une garderie pour leurs enfants. Cela devient de plus en plus difficile de gérer des équipes de jeunes. Nous manquons de parents motivés et de bénévoles pour assurer toutes les petites tâches nécessaires au bon fonctionnement des équipes de jeunes. Il faut des gens pour la table, pour arbitrer ou encore pour aider lors des activités. Les bénévoles, c'est une espèce en voie de disparition. Ce sont donc les membres du comité qui doivent pallier au manque d'investissement des parents. Je me demande d'ailleurs parfois si nos cadets et nos juniors ne sont pas des orphelins. Je ne vois jamais les parents de ces joueurs. Je pense que beaucoup de clubs sont logés à la même enseigne et que nous ne sommes plus qu'une poignée à vouloir s'investir» constate amèrement Alain Demeester. Il est difficile de généraliser à partir d'un cas particulier, mais beaucoup d'échos que nous recevons vont dans le même sens. «L'évolution est fort décevante. Il n'y a pas si longtemps, les parents suivaient quasi systématiquement leurs enfants. Ce n'est plus le cas de nos jours. Il en va de même pour les activités que nous organisons. Il est de plus en plus difficile d'avoir des personnes qui viennent donner un coup de main. Il est aussi de plus en plus rare qu'ils s'attardent à la buvette après un match. Certains parents déposent leur enfant juste avant le match en ne sortant même pas de leur voiture et le récupère de la même manière. Nous aussi pu le constater lors de la Saint-Nicolas. Le club avait un gros effort, de l'ordre de 1200 €, pour offrir des cadeaux aux jeunes. Des parents ne sont même pas venus».

Une désaffection du public aussi

«Quand mes enfants jouaient, je me suis toujours arrangé pour prendre mes vacances au mois de juillet pour qu'ils puissent reprendre les entraînements au mois d'août. Cela n'est plus le cas aujourd'hui. Parfois, on se retrouve avec 3 ou 4 enfants, les autres reprenant au mois de septembre» explique encore le coprésident louviérois. Outre l'aspect investissement personnel, il y a aussi l'aspect financier. «Il est clair que nous ne vivons pas dans une région florissante et qu'environ un tiers des parents sont en retard de paiement des cotisations. Cela crée des zizanies au sein des parents entre ceux qui ont payé et ceux qui ne l'ont pas fait. Il y a aussi le comportement des parents qui insultent les arbitres. J'ai déjà dû exclure des parents...». Bref, il dresse un portrait très négatif de l'encadrement des jeunes par leurs parents et termine par les difficultés financières rencontrées par beaucoup de clubs. Des cotisations qui ne rentrent pas, c'est un frein pour payer toutes les dépenses courantes d'un club (coachs, arbitres,...) et, vu la crise économique que nous vivons, ce ne sont pas les sponsors qui compensent. Ils se font aussi de plus en plus rares. Pour conclure, il constate aussi une certaine désaffection du public, toutes divisions et catégories confondues.


Un joueur pour renforcer l'équipe première

La Louvière AM évolue en R2B, classé quatrième, la guigne ne l'a cependant guère épargné. Le coach Raphaël Alexandre avait un noyau de 12 joueurs, un noyau qui s'est effiloché au point qu'il n'y a plus que 7 joueurs pour le moment. Un joueur a dû être évincé, deux autres se sont blessés jusqu'au terme de la saison, un a arrêté car il n'arrivait plus à combiner ses études universitaires avec la pratique du basket et enfin, un dernier s'est pris une suspension d'un mois. La semaine dernière, contre le Royal IV, l'équipe a tourné à 7. Elle a mené pendant une demi-heure avant de s'écrouler dans le dernier quart par manque de rotations. En conséquence, Alain Demeester nous a signifié que le club accueillerait volontiers un joueur supplémentaire, pour autant qu'il ait le niveau et qu'il soit libre, afin de terminer la saison dans de bonnes conditions.

 

Le site de La Louvière AM





Dominique Nuydt

Nouveau commentaire :