Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Le Brussels a conquis son public


Rédigé le Lundi 4 Novembre 2013 à 00:34 | Lu 683 commentaire(s)


Contre le Spirou Charleroi, la salle de Neder-over-Hembeek était pleine à craquer, mais en plus les supporters bruxellois ont mis l’ambiance. Un nouveau petit chaudron du basket belge serait-il né ? Serge Crèvecoeur était évidemment ravi du succès public mais pestait contre cette défaite sur le fil face au Spirou Charleroi (79-80).


Conquérir le public était un des objectifs affirmés à l’aube de la saison par la direction du club bruxellois. Un véritable pari, car l’expérience précédente, celle de l’Atomia, n’était pas vraiment une réussite. Une telle ambiance dans une salle de basket bruxelloise n’avait plus été vécue depuis longtemps. Peut-être faut-il même remonter à l’époque du grand Fresh Air pour une telle symbiose entre le public et son équipe.

Un public Bruxellois pour le basket

«Cela prouve qu’il y a un public pour le basket de haut niveau à Bruxelles» s’enthousiasme Serge Crèvecoeur. «Cela fait longtemps que je n’avais plus vu autant de monde pour un match de basket à Bruxelles. Nous sommes en train de réussir un de nos paris, mais il faudra confirmer sur l’ensemble de la saison» ajoute prudemment le coach du Brussels. Même si le Brussels ne compte que deux victoires, il a séduit et étonné par la qualité du basket qu’il propose. «Sur le plan sportif, nous montrons qu’il est possible d’accrocher une équipe comme Charleroi avec des joueurs comme Loubry ou Celis. Ces joueurs n’avaient rien à faire en D2».

La défaite est une déception

Loubry - Steinbach, un match dans le match
Loubry - Steinbach, un match dans le match
«Cela fait deux fois qu’on passe à côté d’une belle victoire» peste le coach du Brussels. «Nous flanchons souvent dans le deuxième quart-temps, c’est un problème récurrent, même si contre Charleroi nous avons tenu plus longtemps. Nous avons fait une belle remontée, mais nous partions de très loin. Steinbach a pris d’excellentes décisions, il a fait ce qu’il devait faire. Il nous manque encore de la maturité car sportivement, nous sommes encore en phase d’apprentissage. Nous devons absolument combler le retard de maturité». En effet, à 45 secondes du terme le marquoir affichait encore 74-73, mais un triple de Steinbach a fait pencher la balance du côté carolo. Le Brussels doit aussi se mordre les doigts d’avoir raté autant de lancers-francs. Il n’en a converti que 24/39… deux petits lancers de plus et les Bruxellois auraient pu se payer le scalp du Spirou Charleroi.

Oublier nos complexes

«Nos trois dernières rencontres étaient de bonne qualité, mais c’est chaque fois la même chose. Nous jouons bien et finalement on perd le match. Je préfèrerais le contraire… enfin à moitié» nuance Serge Crèvecoeur. «Depuis le début de la saison, nous n’avons jamais été ridicules. Il faudrait que nous oubliions nos complexes. Nous devons avoir plus confiance en nos possibilités et cela ne viendra qu’en gagnant des matchs» conclut le coach du Brussels. La semaine prochaine, le Brussels se déplacera à Alost. Chris Young, le pivot alostois, était présent dans la salle, histoire de jauger ses prochains adversaires. Jurgen Van Meerbeeck aussi car dans deux semaines, il y a un certain Brussels Leuven Bears. Cette rencontre là, le Brussels ne pourra pas se permettre de la perdre s’il veut rester en course pour la sixième place.
23 points pour Colt Ryan
23 points pour Colt Ryan


Dominique Nuydt