Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Le président de Castors Braine, Jacques Platieau, plus ambitieux que jamais #basketfeminin #basketbelgium


Rédigé le Vendredi 23 Décembre 2016 à 10:18 | Lu 938 commentaire(s)


Les remous suscités par le limogeage ont probablement poussé le président brainois à clarifier la situation.


En quelques lignes, Jacques Platieau retrace l'histoire récente de Castors Braine dans le basket féminin: 3 titres nationaux, 2 coupes de Belgique, une finale d'Eurocup et une participation à l'Euroleague. C'est tout simplement exceptionnel au niveau belge. Il est indéniable que les Brainoises ont réussi à mettre le basket féminin en vitrine et dans une spirale positive en ce qui concerne son impact médiatique.

Son long message publié sur le site de Castors Braine vise surtout à rassurer le noyau dur des supporters, le Beaver, dont les critiques ont été assez acerbes sur les réseaux sociaux. "Entreprendre c’est prendre des risques, les assumer, quelques fois se tromper et parfois réussir" dit-il. On ne peut lui donner tort.

Tout sport a besoin d'une locomotive pour entrainer les autres protagonistes dans son sillage. Ce rôle est maintenant dévolu à Castors Braine dans le basket féminin belge, mais aussi à l'équipe nationale féminine qualifiée pour la première fois depuis 10 ans pour un championnat d'Europe... et son coach n'est autre que Philip Mestadgh, assisté par Pierre Cornia qui fait des merveilles en matière de formation avec peu de moyens avec Liège Panthers (nous y reviendrons bientôt). Philip Mestadagh est un coach qui a réussi un très beau parcours avec l'équipe nationale (il est vrai avec une équipe talentueuse) mais qui paie les pots cassés en club à cause d'une politique de transferts rendue hasardeuse par la multiplication des blessures. Virer un coach qui est invaincu sur la scène nationale... ce n'est pas courant et mériterait de plus amples explications!
 

Trois axes à développer et beaucoup de questions

Sans surprise, Jacques Platieau rappelle les trois objectifs du club:

1. Une équipe performante en D1 dames capable de se distinguer sur la scène européenne
2. Une école des jeunes reconnue et le but ultime est d’alimenter la D1 avec des jeunes du cru
3. La mise en place d’une infrastructure multifonctionnelle moderne nouvelle qui répond aux besoins d’aujourd’hui

Pour le point 1, on attend avec impatience comment le coach letton composera avec l'effectif mis à sa disposition. Se contentera-t-il des joueuses actuelles ou lui a-t-on promis l'un ou l'autre renfort? Sa science du basket, on la connaît mais lors de son premier passage à Braine, son effectif était bien plus costaud. La reconduction du titre et la reconquête de la coupe sont donc deux objectifs prioritaires avant de reconstruire une équipe compétitive sur la scène européenne pour la saison prochaine. Continuera-t-il à faire confiance aux quelques jeunes belges qui ont fait leurs premiers pas en D1 sous la houlette de Philip Mestdagh? Le doute est plus que permis.

Le point 2 est un travail de longue haleine et ne s'improvise pas. Ainars Zvirgzdins est plus connu comme un "winner" plutôt qu'un formateur. Peut-être dévoilera-t-il une autre face de sa personnalité pour son deuxième passage à Braine? Toujours est-il que ces dernières années, le club a connu un exode massif qui s'explique par de multiples raisons sur lesquelles je ne veux pas m'étendre pour rester objectif. Des anciennes joueuses de Castors Braine, on en retrouve un peu partout: R1 Ottignies, R1 et R2 Quaregnon, R2 Sombreffe, R2 Nivelles, P1 Braine-le-Château, BBC Brainois, Royal IV,...  quasi une génération complète qui est allée chercher son bonheur ailleurs. Sans parler des plus jeunes que l'on peut retrouver à Ganshoren Dames, BC Mons Capitale, Spirou Monceau, CEP Fleurus,... la liste n'est probablement pas exhaustive. Ce sont des occasions ratées pour Braine qui a dû successivement supprimer sa R1, qui a sauvé administrativement sa R2 la saison dernière, qui doit encore composer avec le forfait de sa P1 cette saison et qui tente d'exister dans les compétitions AWBB avec ses équipes de jeunes (filles) avec plus ou moins de bonheur selon les catégories. Ceci ne met nullement en cause le travail et le dévouement des coaches, ni l'enthousiasme des jeunes joueuses. Ceci démontre seulement qu'il n'y avait pas de ligne directrice. On attend donc de voir quelles seront ces fameuses lignes directrices pour la future académie. Comparaison n'est pas nécessairement raison, mais la situation de Braine actuellement me fait fort penser à celle du Spirou Charleroi il y a quelques années. Chaque saison le club carolo claironnait qu'il voulait mettre sur pied un véritable centre de formation... sans que cela aboutisse à quelque chose de concret. Pendant des années, le Spirou a systématiquement transféré des joueurs étrangers pour tenter de se maintenir au top. Ce n'est heureusement plus le cas depuis deux ans. Le mouvement avait été initié par Jacques Stas qui a fait confiance aux jeunes belges et se poursuit aujourd'hui avec bonheur grâce au duo Fulvio Bastianini/Fred Wilmot, deux formateurs dans l'âme. Il existe désormais une ligne directrice pour les différentes équipes, la Top Division Men 2, les U21, U18 et U16. Il reste à trouver un Fred Wilmot, version Castors... même si je suis persuadé qu'il en existe un en interne à Braine! Un autre exemple masculin mérite que l'on s'y attarde, c'est celui du BC Oostende qui a une longueur d'avance en matière de formation. Il dispose surtout d'un coach de D1, Dario Gjergja qui façonne les jeunes, qui travaille avec eux et qui leur offre l'opportunité de se distinguer au plus haut niveau (Serron, Salumu, Boukichou, Gillet sont devenus des valeurs sûres et d'autres leur emboitent déjà le pas). Ainars Zvirgzdins sera-t-il capable d'initier une politique sportive comparable à celle de Dario Gjergja à Ostende?

Le troisième point concerne l'outil mis à disposition du club, la salle. Une fois encore, la comparaison avec le Spirou Charleroi s'impose. Le club carolo a véritablement décollé avec la construction de son Spiroudome, une salle multi-fonctionnelle. Il a entrainé dans son sillage son rival éternel le BC Oostende, Mons-Hainaut, Antwerp Giants... Des clubs qui ont tous investi dans de nouvelles installations pour poursuivre leur progression. Manifestement Braine a la volonté d'initier un mouvement comparable dans le basket féminin.

En guise de conclusion, beaucoup de bonnes intentions que l'on espère voir se concrétiser mais l'expérience nous impose de rester prudent. Donc wait and see!
 

Les maillots coupe Dames de Clubs Addict


Cliquez sur l'image pour en savoir plus





 


Dominique Nuydt