Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Les rêves européens de Marie Hamaide (Spirou Monceau)


Rédigé le Lundi 28 Octobre 2013 à 20:34 | Lu 373 commentaire(s)


Elle a commencé le basket au BC Waudrez avant de rejoindre le Spirou Monceau. Après un intermède à Sombreffe (R1), elle est retournée à Monceau où elle est devenue une valeur sûre de l’équipe de division 1.


Les rêves européens de Marie Hamaide (Spirou Monceau)
«J’ai débuté la pratique du basket dans le club de Waudrez à l’âge de 6 ans. Il n’y avait que deux filles dans l’équipe. Une fois arrivée en catégorie pupille, une équipe de filles a été mise sur pied par le club. A l’âge de 12 ans, j’ai quitté le club pour rejoindre Monceau. Mon objectif était de progresser pour atteindre le plus haut niveau belge» explique la joueuse native de Binche. «Je pense que j’ai effectué le bon choix, car Monceau est un bon club formateur. Quand mon entraîneur Jean Géhu est parti à Sombreffe, il m’a demandé de l’accompagner, ce que j’ai fait. J’y ai eu l’opportunité d’évoluer en R1. A l’âge de 17 ans, je suis retournée à Monceau» raconte Marie Hamaide. Pendant qu’elle évoluait à Sombreffe, elle a également fréquenté le Centre de Formation de l’AWBB. «C’était une très bonne expérience. Elle ne me laisse que de bons souvenirs. Je pouvais m’entrainer deux fois par jour. Cette expérience m’a appris beaucoup de choses, notamment sur le plan humain et comment gérer ma carrière».

L'équipe des U16 (2007)
L'équipe des U16 (2007)

Internationale chez les jeunes

Marie Hamaide a été sélectionné en équipe nationale chez les U16 (2007) et les U20 (2010) pour disputer le championnat d’Europe. «Les équipe nationales de cette génération n’étaient pas aussi fortes que celles d’aujourd’hui, mais ces championnats d’Europe étaient de fabuleuses expériences» relate Marie Hamaide. Cette saison, elle aura peut-être l’opportunité d’ajouter une expérience internationale de plus à son palmarès avec le Wallonia Basket.

En Eurocup avec le Wallonia Basket

Marie Hamaide (Spirou Monceau) face à Marjorie Carpréaux (Castors Braine)
Marie Hamaide (Spirou Monceau) face à Marjorie Carpréaux (Castors Braine)
Le Wallonia Basket est une équipe hybride formée avec des joueuses de Spirou Monceau, de Castors Braine et de Sprimont. Le coach en est Thibaut Petit (Castors Braine) et son assistant Pierre Cornia (Sprimont). Monceau n’aurait pas été capable de joueur seul sur la scène européenne, mais grâce au soutien de l’AWBB, il a été possible de former une équipe qui défendra les couleurs de la Wallonie. C’est une belle opportunité pour une joueuse comme Marie Hamaide. «Je fais actuellement partie des 16 joueuses présélectionnées. Sur les 16, il y a 5 joueuses de Monceau, mais il n’y aura que trois filles dans la sélection finale. J’ignore encore à l’heure actuelle si je figurerai parmi les trois filles de Monceau qui seront retenues. Je n’ai jamais joué en coupe d’Europe et j’aimerais vraiment vivre cette expérience. Il y aura six rencontres, j’espère au moins être reprise pour une des six, même si je ne joue pas beaucoup. En coupe d’Europe, nous serons probablement un peu limite au niveau de la taille». La préparation de Wallonia Basket se limitera à trois entrainements et à une rencontre amicale face à Saarlouis ce mercredi, une rencontre qui se disputera à Huy. «C’est un délai très court pour former une vraie équipe, même si je connais la plupart des filles puisque je joue contre elles en championnat».

Une équipe 100% belge à Monceau

Marie Hamaide a inscrit 9 points contre les Castors de Braine
Marie Hamaide a inscrit 9 points contre les Castors de Braine
Pour la saison 2013-2014, le Spirou Monceau a choisi de tenter une expérience inédite en alignant un effectif 100% belge. Face aux ténors du championnat, ce n’est pas toujours évident comme en témoigne la défaite encaissée le dernier week-end contre les Castors Braine (42-82). «L’ambiance est très bonne au sein de l’équipe, surtout en dehors du terrain. Jouer contre des équipes qui alignent quatre joueuses étrangères, ce n’est pas toujours évident. Nous essayons de compenser par notre volonté et par notre cohésion. Il n’y a qu’un seul bémol à notre début de saison. Quand cela ne tourne pas bien, nous éprouvons parfois des difficultés à relever la tête» conclut Marie Hamaide.


Dominique Nuydt