Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Lettre ouverte qui pose des questions sur l’intégrité de certains arbitres dans le basket-ball.


Rédigé le Mercredi 4 Mars 2015 à 12:12 | Lu 1995 commentaire(s)


Michaël Flot, membre du comité du BC Maurage, nous fait part de son ressenti sur l'arbitrage après une rencontre sous haute tension. C'est un véritable cri du coeur. Les arbitres, ce ne sont pas des machines et donc, font des erreurs. Ici, il ne met pas en cause les erreurs, mais une mauvaise foi flagrante... Qu'en pensez-vous?


Cette lettre ouverte n'engage que ma personne et non l’ensemble du comité auquel j’appartiens. Cela fait 25 ans que je navigue sur les terrains du Hainaut, en temps que joueur, que supporter, que parent et même comme membre d'un comité.

 

Je peux affirmer haut et clair que la très grande majorité des arbitres ne sont et ne seront jamais comme ceux que nous avons rencontrés dimanche dernier avec les pupilles du BC Maurage. Je suis souvent le premier à encourager nos jeunes à s’investir dans l’arbitrage, par des cours, des stages pour mieux comprendre les règles du jeu qui évoluent tout le temps et d’avoir le respect des hommes en gris.

 

Je le répète aux parents et aux joueuses, sans eux, ils n’y aurait plus de rencontre. Je sais qu’il y a une pénurie d’arbitres dans le monde de la balle orange, mais là c’est trop.

 

Samedi soir, lors de la finale cadettes à la mons.arena, un arbitre a surement été pris par l’enjeu et a perdu un peu les pédales en notre défaveur. Je le comprenais encore, malgré que j’ai vu perdre mon club par ses erreurs.

 

Mon côté assagi me faisait encore relativiser sur des choses plus graves. Par contre, dimanche lors de la rencontre Rapido Thuin-Lobbes - BC Maurage en U14 F série A provinciale du Hainaut, rencontre déplacée à cette date avec l’accord des deux clubs pour éviter un forfait au club local (présence d’eau sur le terrain du Hall sportif), ce fut toute autre chose.

 

On a dépassé le copinage et la malhonnêteté, nos pupilles ont été victimes d’un HOME REFEREE. Je mets en doute leur impartialité sur toute la rencontre. Nous éduquons nos jeunes au Flair Play et le respect d’autrui. La plupart des participantes à cette rencontre seront en minimes la saison prochaine.

 

Or j'ai constaté qu'ils n'ont sifflé aucun marché (courir avec le ballon en main pour aller en lay-up), ni les doubles dribbles de l’équipe visitée et des fautes imaginaires contre nos filles. Tout le long de nos entraînements ont instaure le NO TOUCH. Il se peut que dans certaines rencontres se perdent quelques mains, quelques contacts, mais ils sont souvent sifflés des deux côtés. Ce ne fut pas du tout le cas dimanche.

 

Heureusement, que les supporters-parents ne sont rentrés en conflit à cause des erreurs arbitrales. On aurait pu arriver à quelque chose de plus grave avec des parents moins dociles.

 

Moi, je mets en cause, hormis leur incompétences, leur manque de condition physique pour une rencontre de jeunes filles de 14 ans. Ce n’était pas un match de poussins ou de prépoussins, où il faut expliquer aux enfants les règles de bases. Dans cette catégorie, on siffle tout et des deux côtés.

 

Le plus grave n'a même pas encore été relaté. Nous sommes dans le dernier quart-temps, l’écart se situe aux environs de 6 pts en faveur de nos adversaires. Une de nos joueuses prend la légère remontée à son compte. Celle-ci se retrouve par miracle, vu le peu de coups de sifflet en notre faveur, sur la ligne des lancers-francs.

 

Surviennent alors des tribunes, des cris, des grognements et des huées capables de déstabiliser plus d’un joueur professionnel. L’adolescente reste encore dans son match et repart peu après en contre. Deux joueuses la prennent en sandwich, donc sont en mouvement et un des arbitres siffle une faute offensive. C'était sa cinquième faute et cela a coupé tout espoir de retour possible alors qu'il restait trois minutes de jeu.

 

La déléguée visitée qui est en tribune, au lieu d’être sur le banc, insulte la fille de « Connasse – Ferme ta gueule, si non il va te mette une technique en plus ». La joueuse était en colère et s’apprêtait à répondre. Elle ne l'a cependant pas fait pas grâce au savoir vivre et à l’éducation de ses parents.

 

La tension était montée en tribune depuis quelques minutes...

 

Je suis désolé, mais après avoir insulté la joueuse, c’est elle qui doit prendre la faute technique.

 

Dans la foulée, notre coach qui prend sa seconde faute technique car il clame haut et fort sa pensée et son dégoût d’un match pourri. Il avait déjà tenté auparavant de l'expliquer calmement aux arbitres et avait pris une première faute technique. En fin de compte, notre équipe se retrouve sans coach pour le reste de la rencontre.

 

Messieurs les dirigeants, responsables du CP et de la CFA du Hainaut, faites quelques choses pour que ce genre de rencontres n’arrive plus jamais dans un sport que j’adore tant. J’ai vu des filles en larmes dans les vestiaires car elles se sentaient lésées. C’est inadmissible.

 

Au sein de notre club, nous imposons une charte et un code éthique que tous les enfants, parents et coaches ont signé. S'ils ne la respectent pas, il risque l'exclusion du club.

 

Je vous demande d'agir pour une plus grande éthique sportive!

 

Michaël FLOT (membre du comité du BC Maurage).

 


Des gourdes personnalisées grâce à Clubs Addict

Voici les tarifs dégressifs en fonction des quantités :

10 pièces : 10€ la gourde
20 pièces : 8€ la gourde
30 pièces : 7€ la gourde
40 pièces : 6€ la gourde
50 pièces : 5€ la gourde

Il est possible de personnaliser à l’unité chaque gourde (prénom ou numéro) 1€ la personnalisation.


Une boutique pour votre club? Une application smartphone? Plus d'infos à l'adresse suivante: belgium.clubsaddict.com/fr - contacts


Dominique Nuydt