Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Spirou Charleroi 2: «Un banc d’essai pour les jeunes»


Rédigé le Vendredi 27 Septembre 2013 à 17:10 | Lu 1078 commentaire(s)


Avec son équipe de division 2 qui est la même formation qui évolue dans la Belgian Development League aussi appelée la BDL, le Spirou Charleroi a décidé de mener une véritable politique de jeunes. Le club a mis en place une structure capable de former des jeunes et de les amener au plus haut niveau.


Au sommet de la pyramide, il y a évidemment l’équipe qui veut, chaque année, jouer le titre et la coupe d’Europe. Sa base est constituée par la BDL, l’équipe B et Pepinster, quatre échelons pour autant d’étapes à franchir par un jeune qui rêve un jour de porter le maillot du Spirou. Pascal Angillis, le coach du Spirou B et l’assistant de Giovanni Bozzi, nous explique comment le club veut procéder : «Chez nous, ce sont les mêmes joueurs qui évoluent en BDL et en division 2. Le temps de jeu est réparti entre tous nos jeunes. Le plus important pour des gars qui ont entre 16 et 20 ans, c’est de jouer. Tout est mis en place pour les aider à progresser : entrainements physiques, entrainements tactiques, musculation. Ils ont même droit à des séances spécifiques suivant les points qu’ils doivent travailler. Les meilleurs ont aussi l’occasion de fréquenter les joueurs professionnels en participant aux séances données par Giovanni Bozzi».

Spirou Charleroi 2: «Un banc d’essai pour les jeunes»

Un seul leitmotiv: La formation

Cette saison, l’équipe que présentera le Spirou en division 2 pourra difficilement assurer son maintien. Dans un championnat qui devient de plus en plus exigeant, le manque d’expérience risque bien d’être fatal aux Carolos.  «Notre but est de sortir des joueurs, on se moque des résultats. Je suis bien conscient que ça va être très difficile pour nous mais si notre division 2 devait descendre au terme de la saison, on continuerait à l’échelon inférieur avec le même noyau et je suis certain que, à terme, on luttera pour le titre», Pascal Angillis évoque avec passion le travail qu’il effectue avec ses gamins. «Actuellement, le gros problème, c’est que les jeunes ne cherchent plus à progresser. Ils veulent d’abord savoir combien ils seront payés, ils préfèrent cirer le banc en division 1. Ils ne comprennent pas que, pour progresser, ils doivent jouer, se frotter à des joueurs plus âgés qui ont de l’expérience. Je veux travailler  avec des gars qui ont la volonté de s’investir dans le basket, pas avec des jeunes qui se croient déjà arrivés et que tout leur est dû».

Boris Penninck, Nikola Jankovic: Des exemples à suivre...

La division 2, la BDL mais aussi Pepinster servent de banc d’essai au Spirou. Un véritable travail de prospection a été mis en place, il doit aider à dénicher les talents tant en Belgique qu’à l’étranger. «Boris Penninck, Nikola Jankovic ont commencé en division 2, ils ont bien progressé, ils ont prouvé qu’ils avaient le niveau pour jouer avec une équipe de division 1. Aujourd’hui, ils sont à Pepinster. S’ils continuent dans cette voie, demain, ils seront au Spirou. C’est ce qui arrivera peut-être à Fusek ou à Eyenga pour ne citer que ces deux-là. En début de saison dernière, notre division 2 n’était nulle part, on riait de nous. Quelque mois plus tard, les gars ont été capables de rivaliser avec les bonnes équipes de la série. Mais ils ont travaillé pour, ils se sont investis à fond dans le basket».

Certains clubs manquent d'éthique sportive

Pour Pascal Angillis, les équipes B qui évoluent en division 2 et la BDL sont d’excellentes choses pour le basket belge mais il reproche à certains clubs de ne pas jouer le jeu: «Un peu d’éthique sportive ne ferait pas de mal. Quand je vois que des joueurs qui sont régulièrement sur les parquets de la division 1 redescendent en 2 ou même en BDL parce que leur club veut gagner le match, ça me met hors de moi. Ce comportement fausse complètement la raison pour laquelle le système a été mis en place. Le but est quand même d’aider les jeunes à progresser, gagner des matchs est secondaire. Pourquoi agir comme ça ? Ce comportement est préjudiciable à la véritable formation».
 
Avec Pascal Angillis, le Spirou semble avoir trouvé le chaînon manquant. La mise en place d’un véritable système de formation devrait à terme porter ses fruits et permettre au club d’alimenter son équipe de division 1. Pascal Angillis y croit et son enthousiasme déteint sur tout le club.

L'équipe

Audry KIRARANGANYA - 1.98m - BEL
Martin LEBRUN - 2.03m - 1992 - BEL
Messon STEENBERGHS - 1.92m - 1993 - BEL
Alexandre EYENGA - 1.85m - 1995 - BEL
Jerome CHARLES - 1.75m - 1995 - BEL
Tommy CIRELLI - 1.74m - 1995 - BEL
Yannick DIOP - 1.92m - 1995 - BEL
Michael FUSEK - 2.21m - SLO
Anthony LAMBOT - 1.85m - 1994 - BEL
Leon VAN DEN BERGHE - 1.90m - BEL
Laurent LEFEVER - 1.87m - BEL
Miquel SALVO LLAMBRICH - 2.05m - 1994 - BEL
Maxime PFUGER - 1.93m - BEL
Hilario SYLVA - 1.90m - FRA
 
Coach: Pascal Angillis
Assistant: Jaume Avino