Basket in Belgium, Toute l'actualité du basket en Belgique
Facebook
Twitter
Rss
YouTube
Mobile
Pinterest
Instagram


Spirou Charleroi: Mallet a boycotté ses équipiers

L'attitude du meneur du Spirou a pour le moins été étonnante face à Louvain. Il n'a pas pris le moindre shoot en 40 minutes de jeu.


Rédigé le Dimanche 16 Février 2014 à 11:41 | Lu 1377 commentaire(s)



D'une semaine à l'autre, il n'est jamais possible de savoir quel visage les Carolos montreront. Amorphes contre Liège, ils avaient brillamment redressé la situation à Alost. Vendredi contre Louvain, le scénario catastrophe a été évité de peu. Dans le premier quart, Charleroi a été dans les cordes. Pas d'intensité et non-respect des consignes, Mallet en a eu ras-le bol du comportement de ses équipiers. Il a opté pour une attitude pour le moins étrange en ne prenant plus la moindre initiative, se contentant de défendre sur le meneur adverse et, malgré tout, d'organiser le jeu. Pas une seule tentative de tir, pas une seule pénétration et pas une seule initiative offensive. Lui le gagnant, irréprochable depuis le début de la saison, a fait savoir d'une manière peu banale qu'il n'acceptait pas la manière dont ses équipiers se sont comportés en début de rencontre. Le meneur carolo a mis une fois de plus le doigt sur ce qui ne fonctionne pas à Charleroi depuis le début de la saison. Si Giovanni Bozzi a compris pourquoi il a joué de cette manière, il n'a pas apprécié. «Quand on se dit leader, il faut aussi le montrer sur le terrain. Je vais remettre les pendules à l'heure cette semaine et durcir les entraînements. Mallet était frustré , il a refusé de prendre ses shoots et il a failli nous mettre en difficulté»a expliqué le coach carolo courroucé.


Watkins et Green dans le collimateur

Avec un effectif pour le moins réduit, six joueurs valides, Giovanni Bozzi n'a pas eu beaucoup le choix. «Je n'ai même pas eu la possibilité de les rappeler sur le banc». Il a dû laisser ses joueurs sur le parquet. Sans citer de noms, ce sont clairement Watkins et Green qui, une fois de plus, n'ont pas répondu à l'attente. «En début de match, il n'y a avait aucune discipline de jeu et cela témoigne d'un manque total de respect envers notre public. Il est inadmissible de débuter une renconytre d'une telle manière à domicile. Trois joueurs n'ont pas fait ce qu'ils devraient faire. Nous avons une eu une bonne réaction dans le deuxième quart où nous allons chercher quelques paniers facile avant de retomber dans nos travers. A titre personnel, je suis content que nous avons gagné, mais je ne suis même pas persuadé que nous joueurs le sont. J'aurais encore beaucoup de choses à dire, mais je préfère régler mes comptes dans les vestiaires» a-t-il ajouté.


Trapani et Hamilton en exemple

Trapani, probablement le meilleur transfert de puis très longtemps à Charleroi, échappe à la critique, au même titre que Hamilton, vieux et fidèle serviteur du club à la mentalité exemplaire. Gruszecki en a également pris pour son grade. Le jeune ailier polonais ne parvient pas à exprimer son talent sur le terrain. «Quand on veut être un vrai joueur de basket, il faut montrer qu'on a des couil...s et ne pas jouer avec la peur au ventre. On a pu me reprocher de ne pas lui donner du temps de jeu en début de saison. Ce n'est plus le cas maintenant. Il joue de 15 à 20 minutes par match... et il ne montre pas grand chose».


Un renfort?

Avec une telle mentalité, il est difficile d'imaginer le Spirou lutter pour le titre ou pour la coupe. L'espoir est toujours présent, vu que l'équipe sauve au moins les apparences au classement général, mais la mentalité affichée ne permettra pas de passer le cap nécessaire pour être compétitif en play-offs. La direction du Spirou va probablement attirer un nouveau poste 4. Il existe une piste sérieuse et il faut la chercher au sein des équipes qui seront éliminées de l'Eurocup. On devrait en savoir un peu plus d'ici une semaine.




Dominique Nuydt